Fleurs, oiseaux et fantaisies 1 de la série Corpus décoratif, photographie marouflée sur aluminium, 49 x 66 cm, 2008–2009.

Si certains fustigent le paradoxe comme un éternuement de l’esprit pour reprendre l’aphorisme de Cioran, d’autres le cultivent comme un vecteur de vérité nouvelle. Sa nature est antinomique. Elle suscite des tensions, parfois fort bizarres mais presque toujours riches d’un sens hors du sens commun. Il y a ainsi un grand bénéfice à étudier la série de photographies qui composent le Corpus décoratif de Sophie Langohr par les pôles qu’elles unissent : le gracieux et le viril, le léger et le grave, le réalisme photographique et le travestissement infographique …
(....)

Lire le texte: Pierre Henrion, Sophie Langohr in catalogue de l'exposition No Style No Glory, Musée Ianchelevici, La Louvière, 2009, p.